Le Père Noël n’a pas toujours bu du soda

Ah le Père Noël de Coca-Cola… C’est probablement la phrase que j’attends le plus quand je parle de ma passion pour Noël ! Comment je peux autant vanter les mérites de Noël tout en étant « écolo » ? Un bon petit citoyen écolo se doit de boycotter le Père Noël, symbole du consumérisme et de la suprématie américaine.

En réalité, je rigole souvent quand on m’oppose la figure de Coca-Cola, signe que même les plus engagés en écologie se sont fait « avoir » par la publicité et les discours simplistes autour de Noël.

Non, le Père Noël n’est pas une invention de Coca-Cola.

L’utilisation du personnage du Père Noël dans les publicités pour le célèbre soda, date de 1930. D’abord réalisée par l’artiste Fred Mizen, c’est finalement l’illustrateur Haddon Sundblom qui réalisé les images que l’on connait bien aujourd’hui. Un Père Noël en rouge, ventre imposant et barbe blanche, en train de boire une bouteille de Coca-Cola. L’idée, à l’époque, était de promouvoir la boisson en hiver alors qu’elle restait encore associée aux journées chaudes de l’été. La publicité montre alors que même le Père Noël en boit en décembre avec la phrase « me too » accolée (oui le Père Noël est aussi féministe mais c’est un autre débat!).

1936-c10

Les origines du Père Noël 

L’image d’un personnage imaginaire apportant des cadeaux au coeur de l’hiver est en réalité un joyeux mélange de traditions païennes, chrétiennes et…de l’imagination d’artistes !

Il est quasiment impossible de dater la présence de personnages fantastiques qui apportaient des présents : lutins, divinités, inventions… Quasiment tous les pays et toutes les traditions possédaient un personnage mystérieux qui répandait joie et présents autour de lui à l’approche du solstice d’hiver ou de la nouvelle année, avant même l’emprise de la religion chrétienne sur ces fêtes.

Peu à peu, l’Eglise a tenté de contrôler ces personnages païens pour imposer la célébration de la naissance de Jésus. Mais les traditions ont persisté et se sont transformées. Le Nord de l’Europe a façonné Saint-Nicolas, la Russie célèbre Babouchka et les enfants italiens reçoivent des présents de la sorcière Befana. Il est assez amusant de réaliser combien les histoires de Babouchka ou Befana, toutes deux assimilables à des vielles femmes, dérivent de l’histoire des Rois-mages. La légende raconte que ces deux personnages ont en effet refusé de les aider sur leur chemin vers l’enfant Jésus et, prises de remords, sont parties dans la nuit pour les retrouvés avec des présents. Ne les trouvant pas, elles ont décidé de délivrer les cadeaux à tous les enfants sages !

C’est d’ailleurs une des explications au fait que l’on délivrait auparavant les cadeaux pour la nouvelle année avant que la date de Noël (naissance de Jésus) ne s’impose comme celle des présents pour les enfants (notamment avec le poème de Moore).

Enfin, c’est l’image de Saint-Nicolas qui a le plus marquée les contours du futur Père Noël. Son histoire est originellement liée à la religion chrétienne puisqu’il s’agirait d’un évêque ayant développé un don particulier pour la générosité, les bonnes actions et les miracles. La légende raconte même qu’il aurait sauvé trois petits enfants d’un boucher décidé à les manger ! Mais le plus important pour notre Père Noël est bien l’image que l’on donne de Saint Nicolas : un personnage à la barbe blanche, vêtu d’une soutane d’Evêque, mauve à l’origine puis petit à petit rouge et blanc, référence à la couleur des cardinaux mais surtout aux couleurs des soutanes pour certaines célébrations chrétiennes. Tiens, tiens, un personnage en rouge et blanc, à la barbe blanche…

L’arrivée du Père Noël…bien avant Coca Cola !

C’est l’immigration vers les nouveaux Etats-Unis qui a transformé les personnages européens et notamment Saint-Nicolas en « Santa Claus« , devenu aujourd’hui notre Père Noël. Il y a eu plusieurs allers-retours des traditions qui se sont modifiées, au gré des adaptations entre le continent européen et le Nouveau monde. Le costume du Santa Claus est ainsi parfois représenté en vert et toujours sous les traits de Saint-Nicolas, grand et mince.

Mais deux dates ont joué un rôle important dans la construction du Père Noël : en 1823, le pasteur Clément Clarke Moore publie « A visit from St Nicholas«  dans lequel il établit le passage de Saint Nicolas lors de la nuit de Noël, donc le 24 décembre (et non début décembre ou au nouvel an). Il décrit aussi le personnage comme un bonhomme barbu, rond, guilleret, aux joues roses… C’est ensuite en 1863, que le dessinateur Thomas Nast reprend cette image du Père Noël que l’on connaît aujourd’hui et colore définitivement son costume en rouge pour le journal Harper’s Weekly. Il dessinera ensuite des centaines de dessins sur ce Santa Claus et déterminera même sa résidence au Pôle Nord !

dessin-thomas-nast.jpg

La publicité de Coca-Cola date de 1930, après 100 ans de créations artistiques qui ont permis de créer ce personnage mythique de Noël. Elle l’a largement popularisé mais nullement inventé.

Ce personnage de Noël qui amène des cadeaux est donc le résultat de centaines d’années où se sont mêlés des traditions païennes, des récits chrétiens et l’imaginaire autour de tous ces personnages imaginaires faisant preuve de générosité envers les enfants. Il n’a donc rien de consumériste à l’origine et ne mérite pas d’être jeté en même temps que ce soda bien trop sucré…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :